De la continuité pédagogique à l’hybridation des enseignements : réflexions sur l’avenir de l’université

La crise sanitaire du printemps avait conduit les universités à imaginer dans l’urgence la continuité pédagogique pour permettre aux étudiants de poursuivre leur apprentissage. Si dans de nombreux cas, l’année s’est poursuivie dans les meilleures conditions possibles, il est intéressant de réfléchir aux conséquences que cette brutale évolution vers du tout numérique peut avoir sur l’avenir de l’enseignement supérieur.

Une étude américaine réalisée en avril 2020¹ illustre bien l’idée générale : tout semblait prêt et dans leur grande majorité, les différents acteurs avaient développé une culture suffisante des outils numériques pour bien vivre cette mise à distance. Ainsi 83% des présidents d’université américaine pensent que les étudiants étaient bien préparés aux nouveaux usages, tandis que 74% d’entre eux jugent qu’il en allait de même pour leurs administrations et les personnels enseignants. Ce qui vient appuyer la tendance d’une grande satisfaction dans la mise en place des outils distanciels puisque 86% des présidents université américaine, estiment que tout s’est très bien déroulé.

En France, la préparation s’est avérée hétérogène d’un établissement à l’autre comme d’un enseignant à l’autre. Si le développement des plateformes de e-learning est déjà ancien dans la plupart des universités, leur usage dépend de la volonté de l’enseignant d’y recourir de façon plus ou moins systématique.

C’est pourquoi, de nombreuses universités ont déployé très rapidement des tutoriels et autres webinaires de formation destinés aux enseignants moins à l’aise avec l’utilisation des outils numériques. C’est ainsi par exemple le cas de l’Université de Lille qui a mis en place une plateforme dédiée² dès les premières semaines de confinement et a ainsi facilité le quotidien de ses 3500 enseignants. A l’Université de Lorraine, ce sont plusieurs dizaines de webinaires qui, dès le 17 mars, ont été suivi par plus de 600 enseignants.

Interview de Brigitte Nominé, Vice-Présidente Stratégie Numérique de l’Université de Lorraine, réalisée le 27 mai 2020

Néanmoins, si l’on en croit la vice-présidente de la CPU, Christine Ganglof-Ziegler³, le distanciel à 100% n’est pas un objectif pour l’université française : « je tiens à ce que l’université reste un lieu de rencontres entre étudiants, équipes pédagogiques et chercheurs » précise-t-elle à Léa Taieb dans un article des Echos Start du 11 juin 2020.

Pour autant, de nombreux outils numériques ont été massivement utilisés partout sur le territoire national, et il n’est pas interdit de penser que certains y ont pris goût. D’ailleurs, les universités elles-mêmes imaginent des groupes de réflexion pour avancer dans cette transformation numérique du système. C’est le cas de la Maison des Sciences Numériques créée par l’université Sorbonne Paris Nord. Younès Bennani, son vice-président “Transformation Numérique“, nous présente la MSN comme « un tiers lieu d’innovation qui a pour mission de développer une vision interdisciplinaire du numérique dans un espace mixte d’idéation croisée entre étudiants, chercheurs et entreprises organisés en équipes projets. [Durant la crise], la MSN a activé son équipe dédiée “pédagogie et numérique“ pour proposer des modules de formation pour les enseignants et les aider à transformer leurs enseignements du présentiel au distanciel ». Néanmoins, pour Younès Bennani, il est important de comprendre que « l’université de demain sera interactive, collaborative et à la carte, mais ne sera pas 100% en ligne ».

« L‘université de demain sera interactive, collaborative et à la carte, mais ne sera pas 100% en ligne », Younès Bennani, VP Transformation Numérique de l’université Sorbonne Paris-Nord.

L’agilité des enseignants et des responsables du numérique a permis partout et pour presque tous de continuer leurs parcours d’apprentissage et d’assurer dans de bonnes conditions la transmission des connaissances. Mais à n’en pas douter, de nombreuses leçons seront tirées de cette période particulière, notamment en ce qui concerne l’accompagnement des différents acteurs. Comment mieux accompagner l’étudiant tout au long de son parcours d’apprentissage, semble bien être la nouvelle mission pédagogique, à en croire le retour d’expérience présenté par Thierry Spriet, vice-président numérique de l’Université d’Avignon, pour #Univ4Good : « il est important de revoir le continuum d’apprentissage qui comprend une partie en face d’un enseignant et une partie seul. Le découpage peut être fait avec des modes synchrones et des modes asynchrones mais il faut optimiser le rôle de l’enseignant dans l’accompagnement puisque le savoir est désormais disponible sur internet. Mais ce n’est pas parce que le savoir est disponible qu’il peut être facilement récupéré et surtout acquis par un étudiant. Charge à l’enseignant de décider quelles modalités il va utiliser pour que cette acquisition soit optimale. »

Interview de Thierry Spriet, Vice-Président délégué au Numérique et à l’Innovation Pédagogique
de l’Université d’Avignon, réalisée le 10 juin 2020

Dans ce cadre, il devient alors concevable que la modularité des enseignements et une certaine souplesse dans leur acquisition, soit la norme dans le futur de l’université. A l’image de l’omni-canal dans l’accès aux biens pour les consommateurs, les étudiants auraient ainsi des points d’entrée et des interactions différenciés avec les cours, les programmes et deviendraient eux-mêmes plus agiles et plus mobiles tout au long de leur parcours.

Si nous n’en sommes pas encore tout à fait là, la rentrée universitaire qui se déroule actuellement est d’ores et déjà placée, dans de nombreuses universités, sous le signe de l’hybridation. L’enjeu est aujourd’hui essentiellement centré sur la réduction du nombre de personnes physiquement présentes sur les campus tout en maintenant l’intégralité des enseignements pour les étudiants.

Le débat sur flexibilité et hybridation des parcours d’enseignement n’est pas nouveau mais il est aujourd’hui plus que jamais au cœur de la réflexion sur l’avenir de l’ESR !

Note: La version intégrale de cet article est publiée sur le site d’ExLibris Campus M


¹ Etude réalisée par l’American Council on Education en avril 2020 auprès de 192 présidents d’universités publiques et privées.
² https://infotuto.univ-lille.fr/
³ Depuis nommée Rectrice de la région académique de la Guadeloupe