Enquête sur les pratiques des universités françaises : révélations d’une étude Post Covid19 !

Plongé dans la tempête de la crise sanitaire et du confinement, le système d’enseignement supérieur et de recherche public a vécu des moments difficiles. Nous en avons fait le constat en interviewant de nombreux Vice-Présidents numériques partout en France dans notre série #Univ4Good et dans une large enquête que nous avons réalisée pour VPNum.

Au-delà des chiffres et des outils, la première analyse met en lumière plusieurs points clés dans la performance et la continuité pédagogique :

  • Une extrême sensibilité et réactivité à la situation sociale parfois dramatique d’une minorité d’étudiants,
  • Une très forte agilité du système en matière d’adaptation à l’enseignement et à l’évaluation à distance,
  • Une volonté d’évolution vers davantage de numérique pour rendre plus hybride les modèles d’acquisition et de diffusion des connaissances dans le monde universitaire.

Remercions ici l’ensemble des personnels et des équipes qui se sont mobilisés pour répondre à notre enquête avec célérité, dans un contexte compliqué et avec une visibilité réduite sur la suite des événements et notamment la rentrée 2020.

L’idée principale de cette enquête est bien de montrer la capacité de réponse, de mobilisation des ressources, d’excellence dans les pratiques et d’ouverture vers un monde numérique, de l’ESR dans sa globalité. Interviews, chiffres clés, messages de soutien, tout concorde avec une vision réaliste et positive de la situation vécue pendant ces quelques mois, même s’il ne faut pas occulter les difficultés rencontrées, les changements de rythme et la fatigue accumulée par des équipes aujourd’hui épuisées.

Prenons par exemple, le problème de la fracture numérique dont sont hélas encore victimes 2% des étudiants à l’université. Les établissements ont très rapidement mis en place de nombreux dispositifs pour y faire face, mobilisant près de 3,4 millions d’euros sur leurs budgets (pour les 29 universités ayant répondu à cette question). Ils ont ainsi équipé d’ordinateurs et de dispositifs de connexion internet (cartes sim et clés 4G) plus de 10 000 étudiants !

Le constat est fort également sur un autre axe, celui de l’accès aux enseignements. Quand on sait que ce sont parfois près de 80 000 sessions par jour qui ont été supportées par les serveurs d’un seul établissement, on comprend que les infrastructures et équipements mobilisés étaient dimensionnés. D’ailleurs, il est utile de rappeler que la totalité des universités disposait bien avant la crise de plateformes LMS (le plus souvent Moodle) permettant à la fois le suivi des cours et le passage des examens.

Pour autant, la fibre nationale ou au moins européenne existe bel et bien chez nos Vice-Présidents numériques et cette période leur offre une occasion de réclamer à nouveau, que des outils uniformisés et nationaux (ou européens) soient développés et se montrent efficaces face aux Zoom, Teams et autres Google Meet, qui ont submergés nos écrans. Seront-ils entendus ?

Mais le système universitaire français est par ailleurs un exemple pour le respect de l’égalité des chances. Aussi, accompagner l’ensemble des acteurs vers une meilleure utilisation des outils numériques est un défi permanent que la crise du covid19 n’a fait qu’amplifier. L’un des enjeux des prochaines échéances se profilant à l’horizon de la rentrée et de la prochaine année universitaire, est bien celui de la formation de l’ensemble des acteurs aux pratiques numériques. Poursuivre l’accompagnement des personnels administratifs mais aussi des enseignants et enseignants-chercheurs est un objectif exprimé très majoritairement. Il serait erroné de penser que seuls les étudiants rencontrent quelques difficultés pour adopter les nouveaux outils.

A l’heure où la poursuite de l’enseignement hybride reste assez probable pour la rentrée, ce sont en effet 80% des universités qui poursuivent leur réflexion sur les modalités possibles d’hybridation.

Nous ne pouvons que nous en réjouir ! Accompagner les organisations dans leur transformation numérique est précisément notre mission chez Simone et les Robots.

Réaliser cette enquête nous a confirmé dans nos convictions profondes : les universités françaises sont tournées vers un avenir numérique qui garantira un accès pour tous à la connaissance. Mais l’exigence est un autre trait de caractère très affirmé de notre système universitaire et c’est pour cela que nous avons souhaité souligner les performances incroyables qu’il a démontrées depuis le premier jour du confinement !

Nous vous invitions à lire en détails les résultats de cette enquête nationale. Elle est unique en son genre, de par la crise imprévisible et sévère que nous vivons, mais aussi de par l’étendue du panorama qu’elle dresse. Nous sommes fiers d’avoir été choisi et particulièrement heureux d’avoir collaboré avec l’association VP-Num pour contribuer, à notre niveau, à la reconnaissance des efforts et des actions menées par les universités françaises pour une pédagogie innovante et socialement responsable !

Merci à tous pour vos contributions généreuses et bienveillantes.

Simone