Matt Sonnati Inokufu

Matt Sonnati
CEO d’Inokufu

Inokufu s’est donné pour mission de construire la plus grande base de données de Learning Objects. Où en êtes-vous et comment fonctionne votre solution Becomino?

Matt Sonnati : Nous ne trouvions pas de moteur de recherche pour identifier les meilleures ressources éducatives, nous l’avons donc créé.

En 2018, discutant de la dyslexie, Benjamin et moi avons fait le constat que, si la quantité et la variété des ressources éducatives avaient explosé en moins de 15 ans, la plupart des programmes éducatifs n’en tiraient pas (ou peu) parti. Des contenus de qualité sont désormais facilement accessibles dans divers formats. Cependant, accès facile ne suffit pas à transformer les connaissances acquises en une compétence pleinement maîtrisée et professionnelle. Les Universités et les organismes de formation étaient réticents à utiliser ces ressources, craignant leur qualité non maitrisée. Pour qu’ils intègrent ces ressources dans leurs programmes, nous devions leur fournir de meilleures (méta)données.

Nous avions besoin d’une technologie capable de caractériser finement toutes les métadonnées d’un objet d’apprentissage et ainsi déterminer quelle activité proposer à un apprenant, au bon moment, selon ses objectifs et besoins. C’est de cela qu’est née Inokufu Search et qui nous a permis de créer notre base de données de plus de 3M d’objets d’apprentissage, accessibles par API et via nos plugins (Chrome, Safari, bientôt Moodle).

Becomino.com fut le premier cas d’usage de notre technologie Inokufu Search. Cette application aide les gens à découvrir les métiers en tension en France. Ce projet est soutenu par le Plan d’Investissement en Compétences et Pôle Emploi Auvergne Rhône-Alpes. Nous sommes très reconnaissants de cette opportunité de mettre à contribution notre technologie sur le défi sociétal de la crise du travail.

Quel rôle joue Inokufu dans un monde où il y a de plus en plus d’informations disponibles pour les acteurs de l’ESRi et de la EdTech?

M.S. : A l’origine, le cas d’usage pour notre base de données de learning objects était uniquement pédagogique. Ceci-dit, à partir de 2020, nous avons commencé à indexer des catalogues de formation telles que celui de Pôle Emploi et de MonCompteFormation.

Lors de ces indexations, nous avons identifié quelques anomalies dans les jeux de données que nous avons fait remonter aux autorités. Le partage de nos analyses de données sur les évolutions du marché de la formation continue en France ont reçu un très bel accueil de la part de la communauté des organismes de formations. C’est à ce moment là que nous avons pris conscience avec Benjamin [Parmentier, co-fondateur d’Inokufu] que nos données n’avaient pas seulement une valeur pédagogique (cible des enseignants et formateurs) mais aussi une valeur économique (cible des dirigeants d’organismes de formation et des services de formation continue dans les Universités). Nous avons alors développé une suite d’outils sous la marque Inokufu Analytics qui permettent aux OF d’analyser les évolutions du marché, trouver de nouvelles opportunités, optimiser leur offre de formations, ou encore préparer le fichier XML qui leur permet de mettre à jour leur offre de formation sur MonCompteFormation.

Quelles sont les ambitions d’Inokufu pour les années à venir ?

M.S. : Après avoir migré vers une infrastructure 100% cloud en 2021, nous sommes maintenant dans une phase d’industrialisation de notre technologie, avec notamment l’objectif d’atteindre, d’ici 2025, plus de 250 millions d’objets d’apprentissage dans notre base de données.
Nous avons fait grandir l’entreprise d’une start-up sans bureau à une équipe brillante travaillant à distance en France et à l’étranger. Aujourd’hui, nous promouvons activement l’interopérabilité à travers le secteur EdTech, via notamment notre implication dans EdTech France, les groupes de travail Gaia-X du Data Space Education & Skills (DASES) et Prometheus-X.

En permettant le flux de données éducatives en confiance et centrée sur l’apprenant, nous croyons fermement que cela améliorera la qualité des données collectées et donc la qualité des expériences d’apprentissage. Cela créera un cercle vertueux, dans lequel nos pipelines de traitements de données, alimentés par l’IA, traiteront chaque jour des centaines de millions de données éducatives anonymisées et agrégées, permettant à Inokufu de s’améliorer en permanence et d’offrir de meilleures expériences d’apprentissage partout dans le monde.

Envie de découvrir chaque mois une nouvelle interview EdTech? Une seule chose à faire, vous inscrire à notre newsletter qui vous donnera Des Nouvelles de Simone !!