L’UI (User Interface) fait référence à l’esthétique et au confort visuel des éléments avec lesquels les utilisateurs interagissent pour accéder à un produit ou un service. Quant à l’UX (User Experience), il s’agit de l’expérience que va vivre l’utilisateur dans son parcours avec le produit ou le service.
Mais pourquoi parler d’UX et d’UI dans le domaine de l’éducation ?

L’importance de l’expérience utilisateur dans l’adoption de l’innovation

Cette notion est une piste de réflexion essentielle lors de la conception d’une nouvelle solution. Elle l’est davantage dans un monde digitalisé, dans lequel les méthodes pédagogiques se numérisent. Travailler sur l’UX d’une solution numérique permet d’optimiser le parcours de l’utilisateur en le rendant plus facile et plus fluide. 

Ainsi, un site qui nous permet de trouver ce que nous cherchons en un clic sera toujours plus agréable qu’une interface sur laquelle nous perdons notre temps. On aura également tendance à perdre patience et à abandonner notre objectif si nous rencontrons trop d’obstacles ou d’incompréhensions dans notre parcours. L’UX est aussi un moyen de fidéliser l’utilisateur qui prendra plaisir à revenir.

Ces situations s’appliquent dans nos échanges numériques au quotidien mais également aux technologies de l’éducation ! Les étudiants comme les enseignants vivent dans un monde digitalisé, rapide et fluide ; ils en attendent autant des solutions qu’ils utilisent ! 

Prenons un exemple : la communication au sein d’une université avec les étudiants. Si certaines informations sont annoncées sur une plateforme LMS, d’autres transmises par mail, et d’autres encore par voie d’affichage, la multiplication des sources brouille le parcours de l’utilisateur, qui doit rechercher les informations à différents endroits. Rassembler toutes les informations en même lieu dématérialisé est sans doute une piste. Mais il faudra alors penser l’UX de la solution numérique si l’on veut faire adhérer les utilisateurs. 

Réfléchir en termes d’UX conduit à centraliser l’information et offre à l’utilisateur une expérience unifiée proposant dans le même espace tous les contenus de manière simplifiée. 

Ainsi, une application mobile pourra notifier en temps réel les étudiants d’une nouvelle information et leur donner accès aux informations essentielles à n’importe quel moment. Cette application qui s’ouvre en un clic regroupe alors les informations les plus importantes, organisées de manière personnalisée selon les profils. Son utilisation est simple, fluide et optimisée. L’expérience étudiante s’en trouve améliorée et l’étudiant plus satisfait. 

Pour en savoir plus sur les App Mobiles, retrouvez Victor Wacrenier, co-fondateur d’AppScho, dans une Interview by Simone 

Mais si l’expérience est essentielle, l’esthétique de l’interface compte aussi !

C’est une chose que nous n’aimons pas entendre, mais l’esthétique compte. On ne demande pas à sa solution d’être la plus belle, mais la plus lisible et la plus confortable possible. En termes de design, la lisibilité passe autant par le choix des couleurs, des polices, la hiérarchisation des contenus que par le style que l’on donne à l’interface. 

Si le fond est essentiel, la forme l’est tout autant. C’est grâce à elle que l’on capte l’attention des utilisateurs, en rendant les contenus plus attractifs. Il s’agit aussi de leur apporter du confort et du plaisir visuel ! Depuis quelques années, la notion de plaisir occupe une nouvelle place dans l’enseignement supérieur avec l’arrivée du numérique et de la gamification.

Prendre plaisir à apprendre augmente la capacité de mémorisation de 20% ! Apporter une expérience plaisante à l’étudiant par le design et le confort d’utilisation des outils de travail le rend plus investi et améliore son apprentissage !

Les plateformes collaboratives gamifiées l’ont bien compris. Gather Town, par exemple, est une plateforme en ligne open source qui reprend les codes du jeu vidéo. Dans un campus virtuel, la plateforme nous permet de nous déplacer à l’aide de notre avatar. Qu’il s’agisse d’entrer dans un espace de travail avec des fonctionnalités assez simples, comme la visioconférence ou dans des salles de réunion privées où se trouveront d’autres participants, l’utilisateur vit une véritable expérience, qui l’engage beaucoup plus et lui procure plus de plaisir. La ludification et le design du parcours et de l’expérience, les rendent plus attractifs.

Parmi les EdTech les plus en vogue du moment, Wooclap l’a bien compris !
Se basant sur l’idée simple qu’il faut donner de nouveaux reliefs aux apprentissages, Wooclap comme Wooflash sont des solutions pensées pour être attractives et offrir une expérience interactive.

Retrouvez Fabien Maurin, Head of Sales de Wooclap, dans une Interview by Simone :

Et si l’UX était aussi un enjeu pour l’université?

Que ce soit en termes d’UX ou d’UI, nombre de solutions utilisées par les universités peuvent être améliorées sur le sujet. Si les universités ont parfois tendance à privilégier les solutions développées en interne ou disponibles en open source, il n’en reste pas moins que l’UX/UI ne devrait pas être négligée. 

“L’un des enjeux du numérique à l’université est d’avoir une entrée plus centrée sur l’UX. Il nous faut notamment revoir nos plateformes et nos outils numériques pour améliorer l’UX.” Jeanine Berthier, Université de Caen

Retrouvez l’interview #Univ4Good de Jeanine Berthier :

L’UX/UI design permet aussi de faciliter la compréhension et la prise en main des solutions. Plus l’utilisateur navigue avec aisance et plaisir et plus il prend le temps d’explorer les fonctionnalités proposées, découvrant ainsi ce qui lui est le plus utile, devenant au fil de ses visites plus efficace et plus performant. Ainsi dès qu’il s’agira d’apprendre quelque chose, connaissance ou usage, il ira plus vite à l’essentiel, ce qui est l’objectif de tout apprenant. 

Innover est indispensable dans notre monde sous pression mais penser à ceux qui devront “utiliser” l’innovation fait une énorme différence en matière d’acceptation et de diffusion de celle-ci. Le digital a accéléré notre soif de nouveauté mais également notre capacité à adopter ce qui modifie nos usages et nos comportements de la vie quotidienne.

La crise nous a montré que les universités savaient innover, s’adapter aux ruptures, mais toutes les solutions déployées offrent-elles une expérience plaisante qui donne envie aux utilisateurs? Si l’on interroge les étudiants, les réponses sont assez mitigées pour l’instant, et montrent qu’il reste encore du travail. Pour autant, la route n’est pas si longue si l’on accepte de se pencher sérieusement sur le sujet 🙂